Offrir un contenu de qualité pour optimiser son référencement

Susciter l'intérêt des internautes et des moteurs de recherche.

Un site web pour les internautes

Les algorithmes de Google mettent aujourd’hui en avant les sites qui répondent aux attentes des internautes, en utilisant des critères comme le nombre total de visites, mais aussi le nombre de pages visitées ou encore le temps passé sur le site. Il faut donc satisfaire leur soif de connaissance et leur curiosité pour les attirer et les retenir en créant un site pertinent et attrayant.

Réaliser un site à l’intention des internautes, c’est suivre les recommandations de GoogleEt c’est bien la raison-même de l’existence d’un site, non ?

Enfin, notez que Google se base sur des éléments statistiques pour évaluer la qualité du site, mais aussi sur l’analyse interne du site  : architecture, media, sémantique, accessibilité…

Pertinence et diversité

Dans la pratique, un contenu riche et clairement exposé sera ainsi largement favorisé. Si en plus il est original, voire unique, la concurrence s’en trouve réduite, et l’ascension dans les résultats facilitée !

Dans ce sens, et pour satisfaire tous les profils d’utilisateurs, on n’oubliera pas de varier les plaisirs sur le site, en exploitant tous les moyens mis à notre disposition.

L’utilisation de media adaptés est par exemple essentielle : une vidéo ou une infographie pourront peut-être illustrer un sujet avec beaucoup plus d’impact qu’un article écrit.

Un autre exemple avec la longueur du contenu : un article court ou synthétique sera parfois plus juste et percutant qu’un article bien développé, et pourra conserver l’attention d’un visiteur qui se lasse vite.

Un langage naturel

Attention, un contenu éditorial de qualité signifie aussi qu’il est bien écrit, donc il faut absolument soigner la langue (orthographe, grammaire, sémantique).

Cela implique un langage naturel, dans les titres comme dans les paragraphes, donc à l’opposé du bourrage de mots-clés artificiel des années 90. En effet, Google est de plus en plus performant dans l’analyse sémantique des sites, et la firme veut désormais comprendre le sens de vos textes pour dénicher les meilleures réponses aux requêtes des internautes, tout en pénalisant la sur-optimisation des mots-clés.

Une architecture de site logique et ergonomique

Dans la continuité du paragraphe précédent, la structure d’un site web doit elle aussi être naturelle, et faire preuve de logique et de bon sens, afin de faciliter la compréhension globale du site par le visiteur et les robots.

La page d’accueil, niveau zéro de la hiérarchie, servira souvent d’introduction en présentant clairement les sujets ou les services du site, et de tremplin en favorisant la navigation avec des liens ou raccourcis vers les autres pages. Elle doit tout simplement donner envie de parcourir le site et faire preuve d’une ergonomie sans faille.

On ne veut pas que le visiteur quitte le site parce qu’il ne sait pas où cliquer !

Les autres pages serviront à développer les différents thèmes présentés à l’accueil. On pourra rédiger une page unique par thématique au niveau 1, ou toute une arborescence de pages pour traiter un sujet plus en détails.

On portera toujours beaucoup d’attention à la navigation sur ces pages, afin de ramener le visiteur vers l’accueil ou au contraire le motiver à explorer plus en profondeur.

On trouvera également au niveau 1 la page de contact, le sommaire du blog, les tarifs, etc.

Un contenu de page hiérarchisé et cohérent

Quel que soit son niveau dans la structure globale et quel que soit son sujet ou son but, une page possède un titre propre, et doit proposer un contenu rédigé en respectant une structure hiérarchisée et cohérente. Rappelez-vous vos plans de rédaction ou dissertation !

On trouvera ainsi sur la page – donc en plus du titre de la page affiché dans les résultats de recherche – obligatoirement un titre de niveau H1, puis éventuellement plusieurs titres de niveau H2 qui viendront développer la thématique du niveau H1, et dans chaque section H2 des titres de niveau H3, etc, jusqu’à H6.

Dans la pratique, on convient souvent d’utiliser un unique H1 par page, et il est conseillé d’avoir au moins deux titres H2 sous le H1, et la présence de titres H3 ne saurait déplaire à Google. En gros, une structure développée dénote a priori un contenu riche et structuré.

Conclusion

En fait, pour simplifier toute cette réflexion et aussi le travail de rédaction, il faut se dire qu’écrire pour les visiteurs (quelque part aussi pour soi) avec bon sens et discernement, c’est déjà mettre en œuvre son référencement !